Uncategorized

Les traces psychiques de la domination

Abram Kardiner (1891-1981) était un psychiatre natif de New York qui commença par inaugurer le premier lieu d’enseignement de la psychanalyse aux États-Unis. Mais il est plus connu comme cofondateur avec Ralph Linton de l’école Culture et Personnalité qui influença plusieurs générations d’anthropologues aux États-Unis, dont Ruth Benedict, Edward Sapir, Margaret Mead, Cora Dubois et Clyde Kluckhohn. Le livre que lui consacre Anne Raulin est une invitation à reprendre en main les outils du culturalisme américain. à la suite des horreurs de la Seconde Guerre mondiale, les sciences sociales étaient supposées trouver une explication et peut-être une parade à l’antisémitisme, au racisme, aux régimes dictatoriaux et à la pauvreté. Sur une cinquantaine de pages, A. Raulin explore ce moment à partir de l’œuvre et de l’action de Kardiner. Une seconde partie traite avec perspicacité de la personne de Kardiner depuis la petite enfance. Une troisième, la plus longue, est consacrée à un autre livre de Kardiner, The Mark of Oppression (1951, avec Lionel Ovesey). On y lit la rencontre de Franklin Frazer, l’auteur de The Negro Family (1939), on y lit une chronologie critique des travaux sur la « question noire » et les effets de la domination raciale, on y trouve une lecture commentée du travail de Kardiner et Ovesey. On se réjouit de voir l’auteure rappeler l’importance de l’œuvre d’Octave Mannoni, dont « Le complexe de dépendance et la structure de la personnalité » ou « Le complexe de Prospero », publiés dans la revue Psyché, annoncent Frantz Fanon. Kardiner est le promoteur avec Linton des notions de « caractère national » et de « personnalité de base » pour l’étude des cultures, notions à manier avec précaution. Mais n’oublions pas que de leurs travaux provient aussi la distinction entre les « rôles » et les « statuts », si utile au sociologue ?

 

Gérald Gaillard,

– Magazine Sciences Humaines, 05/01/2017

Les traces psychiques de la domination. Essai sur Kardiner, Anne Raulin, Le Bord de l’eau, 2016, 200 p.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s