Uncategorized

Chantal Delsol: «Une Europe qui n’ait pas honte d’elle-même»

FIGAROVOX/TRIBUNE – La philosophe appelle à signer la Déclaration de Paris, un manifeste d’intellectuels néoconservateurs qui plaident pour donner de la chair à l’idée européenne.

Faire changer l’Europe: c’est peut-être un projet insurmontable et chimérique: mais c’est sans doute la seule opportunité qui s’offre à nous si nous voulons que l’Union européenne survive. Aujourd’hui cette institution oppressive et arrogante, aussi peu démocratique que possible, fait fuir les peuples qu’elle avait tant fait rêver, il y a peu d’années. Il est étrange que ses dignitaires ne tirent pas leçon des échecs récents que l’institution a essuyés. On a répondu au Brexit par des injures et des propos véhéments sur la pauvreté d’esprit d’une moitié de la population britannique. C’est court, et même assez minable. Mais la répétition inéluctable de ce genre de scénario ne fera qu’enfoncer davantage l’institution, et anticiper davantage son effondrement – que pourtant personne ne veut.

Un certain nombre d’intellectuels européens, appartenant à l’ensemble de nos pays, signent une déclaration qui s’intitule «Une Europe en laquelle nous pouvons croire». Issue d’un colloque qui s’est tenu à Paris en juin dernier, elle est dite Déclaration de Paris. Sur le site dédié, thetrueeurope.eu, la déclaration figure pour l’instant en onze langues. Il faut comprendre que l’Europe «en laquelle nous pouvons croire» n’est pas celle que nous avons devant les yeux. Mais l’affirmation marque en tout premier lieu que les signataires ne sont pas des antieuropéens. Ils aiment l’Europe et l’affirment dans le prologue, mais non pas d’un amour administratif: par le cœur et par les tripes, en raison de la culture commune et de l’histoire commune, même parfois éprouvante.

L’Europe n’est pas définissable seulement par un Maudit Passé, une mémoire sombre, des crimes impardonnables

C’est affaire de vérité et de mensonge: l’institution européenne nous décrit une «fausse Europe» – sans histoire, sans racine, sans réalité: une sorte de fantôme idéologique. Le but des signataires est de donner de la chair à l’idée européenne, afin de la rendre pour ainsi dire humaine, et en même temps de lui restituer sa réalité. L’Europe n’est pas née de rien. Elle a des racines qu’il faut nommer sans honte. Elle n’est pas seulement ancrée dans l’avenir nébuleux d’un monde sans frontières ni appartenances, comme on voudrait nous le faire croire. Elle n’est pas définissable seulement par un Maudit Passé, une mémoire sombre, des crimes impardonnables. Elle a des fondements qui lui sont propres, et constituent sa fierté: l’idée d’universalité qui provient des Grecs et des chrétiens, l’invention de l’État de droit et de la démocratie, la création des universités comme espaces de la pensée critique, l’abolition de l’esclavage et l’émancipation des femmes.

L’universalisme abstrait de cette «fausse Europe», illustré entre autres exemples par les monuments stylisés et imaginaires de notre monnaie, est donné pour une nouvelle religion. Et c’est bien le cas: il nous faudrait oublier tout ce que nous sommes pour ne nous identifier qu’à une sorte de religion de l’avenir, épargnée par la diversité des cultures, définie par la totale liberté individuelle dans un monde sans frontières. Mais les frontières racontent les existences comme les définitions nous identifient – un fleuve sans berges n’est plus fleuve et devient marécage. Aucune communauté humaine ne se sent une vocation de marécage. Les frontières décrivent les appartenances dont nous avons besoin pour vivre, parce que nous sommes des humains limités, et non des anges lâchés dans l’éther.

Les signataires de la Déclaration de Paris sont néoconservateurs. Ils récusent l’engagement systématique des instances européennes pour un libéralisme libertaire, sans que les peuples aient voix au chapitre

Les signataires de la Déclaration de Paris sont néoconservateurs. Ils récusent l’engagement systématique des instances européennes pour un libéralisme libertaire, sans que les peuples aient voix au chapitre. Ils regrettent cette fausse liberté qui engendre l’isolement des individus, désormais reliés par les seuls réseaux sociaux et tenus en laisse par l’État. Ils sont libéraux au sens de l’économie de marché, mais récusent une société de marché, où tout est à vendre y compris l’invendable. Ils demandent de faire la part à une forme de souci patriotique que l’universalisme européen récuse absolument. Il est naturel qu’un gouvernement se préoccupe de l’intérêt de la société qu’il a en charge. Ouvrir les portes à l’immigration s’impose au nom de cette hospitalité universelle dont parlait Kant – mais à condition et de telle sorte que l’accueilli s’adapte à la maison d’accueil et ne la détruise pas.

Le multiculturalisme répond en Occident à une abdication, prélude au chaos – car aucune société ne subsiste longtemps sans la conscience et la fierté de soi.

Les signataires de la Déclaration de Paris en appellent à une Europe démocratique, face à la technocratie résumée dans la phrase bien connue, Tina (There is no alternative) – il n’y a pas d’alternative… Ils ne croient pas au monopole de la connaissance technique, mais bien davantage à la sagesse pratique et à la décision responsable. Ils en appellent à une Europe plus spirituelle, et non plus engluée dans le divertissement et la consommation -seules des aspirations plus élevées nous permettrons de sortir du matérialisme.

La Déclaration de Paris sera publiée par les Éditions du Cerf en janvier prochain. Le think tank Thomas More en organisera la communication et l’exploitation en vue des prochaines élections européennes. Les signatures seront ouvertes. On ne sauvera pas l’Europe sans sa profonde mise en cause.

 

Chantal Delsol, Le Figaro, 16/11/2017

 

http://premium.lefigaro.fr/vox/monde/2017/11/16/31002-20171116ARTFIG00212-chantal-delsol-une-europe-qui-n-ait-pas-honte-d-elle-meme.php

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s